Lancez-vous, mettez de la vie dans votre Raspberry

Aller, on se lance…

Vous venez d’acheter un Raspberry Pi mais, telle une poule qui a trouvé un couteau, vous ne savez pas trop par quel bout commencer. Détaillons les étapes pour rendre un Rasp opérationnel : alors que pour beaucoup, vous avez l’habitude d’utiliser un Windows sur votre PC, nous allons ici installer un Raspbian sur votre Raspberry en mode « sans écran ni clavier branché ». Tout va se passer très simplement et depuis un autre PC (sous Windows dans mon cas).

Rassembler le matériel nécessaire

Pour commencer, il vous faut, au minimum :

  • un Raspberry Pi (cette explication s’applique aux versions 2 et 3, mais je pense que ça marche facilement avec une version 1)
  • une carte microSD de qualité (8 ou 16 Go c’est bien, classe 10 c’est indispensable) et l’adaptateur associé
  • une alimentation adaptée à votre Raspberry
  • un câble réseau
  • une connexion Internet

Rassembler les logiciels nécessaires

Le matériel est prêt, il vous faut maintenant télécharger :

Préparer la carte microSD

La carte microSD, ça sera l’équivalent de votre disque dur pour votre PC. Il faut donc installer le système d’exploitation dessus. Oui, c’est ça, vous avez compris, c’est bien « Raspbian ».

  1. Décompressez le fichier Zip de Raspbian.
  2. Pendant que votre PC décompresse Raspbian, lancez l’installation de Win 32 Disk Imager.
  3. Insérez la carte microSD dans l’adaptateur et le tout dans votre PC.

Les 3 étapes sont terminées, vous pouvez maintenant lancer Win 32 Disk Imager. cliquez sur le petit dossier bleu pour choisir le fichier de Raspbian. A côté, vous choisissez le lecteur microSD (sur l’image ci-dessous, c’est F:).

Cliquez sur Write et c’est parti !

Utilisation de Win32 Disk Imager
Utilisation de Win32 Disk Imager

Quelques secondes plus tard, c’est installé. Et oui, déjà!

Branchez le tout

La carte microSD est prête, insérez-là dans votre Raspberry. Ensuite, branchez le Raspberry sur le câble réseau (ou l’inverse) et l’alimentation.

Les diodes clignotent. C’est parti 🙂 Super, youpi… mais, euh… c’est parti où ?

Bon, c’est donc parti, mais on ne sait pas (encore) où. Si comme nous, vous êtes connectés à une Freebox, allez sur http://mafreebox.freebox.fr puis cliquez sur « Peripheriques réseau ». Retrouvez le nouveau venu dans la liste et cliquez sur « Propriétés ».

Freebox - Accès aux propriétés du périphérique
Freebox – Accès aux propriétés du périphérique

Dans l’onglet « Connectivité », vous allez retrouver ce qu’on appelle l’adresse IP de votre matériel. C’est cette adresse IP qui permet de retrouver votre Raspberry Pi sur votre réseau. En règle général, à votre domicile, votre adresse commence par 192.168.0 ou 192.168.1, suivi d’un numéro entre 0 et 256. Dans l’exemple ci-dessous, vous constatez que l’adresse de mon matériel est 192.168.0.40.

Freebox - Lire l'adresse IP
Freebox – Lire l’adresse IP

Comme je vous disais, cette adresse IP va vous permettre de vous connecter à votre Raspberry. Nous allons commencer par utiliser le mode SSH. C’est un mode de connexion par ligne de commande. Pour que ça fonctionne, il vous faut un petit utilitaire SSH. Personnellement, j’ai choisi Kitty. On indique l’adresse IP, le port 22 et le type de connexion SSH avant de cliquer sur « Open »

Lancement de Kitty
Lancement de Kitty

Le SSH, c’est une méthode cryptée de connexion à distance à un PC. Il y a donc un message la première fois pour s’assurer que vous avez bien le droit : Faites vous confiance à ce nouveau PC auquel vous vous connectez ? Normalement oui, puisque vous essayez de le faire. Est-ce bien la première fois que vous vous y connectez ? Normalement oui, puisque vous venez de l’installer. Par contre, si le message s’affiche à nouveau, c’est louche et il faudra peut être dire non !

Sécurité SSH
Sécurité SSH

Voilà, c’est fait, vous êtes sur l’écran de connexion du Raspberry.

Il vous demande de vous identifier. Le login par défaut est « pi ». En validant, il indique que vous vous connectez en tant que « pi » sur le serveur « 192.168.0.40 » et qu’il faut un mot de passe : « raspberry » par défaut dans les Raspbian.

Ecran de connexion
Ecran de connexion
Vous y êtes!
Vous y êtes!

Quelques éléments de configuration

Nous allons configurer 3 choses indispensables : le changement de mot de passe (sinon n’importe qui se connecterait trop facilement dessus car toutes les personnes qui installent une Raspbian ont comme mot de passe « raspberry » !), le changement du nom sur le réseau (parce que vous en aurez rapidement plusieurs à la maison !) et l’activation de VNC (parce que c’est souvent plus facile avec une souris).

Nous allons donc lancer l’application de configuration en écrivant

sudo raspi-config
  • sudo pour se faire passer pour l’administrateur,
  • raspi-config car c’est le nom de cette application
Lancement de l'outil de configuration
Lancement de l’outil de configuration

Et là vous arrivez sur un écran à l’ergonomie léchée… c’est basique, mais très efficace.

Ecran Raspi-Config
Ecran Raspi-Config

Le mot de passe

Je vous l’avais promis, nous allons commencer par modifier le mot de passe… Déplacez la barre rouge avec les flèches pour vous positionner sur « Change User Password » (en anglais).

Change User Password
Change User Password

et on valide sur Entrée. Le Rasp vous indique qu’il va maintenant vous demander un nouveau mot de passe pour l’utilisateur « pi ».

Confirmation du changement du mot de passe
Confirmation du changement du mot de passe

En appuyant à nouveau sur Entrée, vous revenez sur l’écran noir et vous devez donc saisir votre nouveau mot de passe, deux fois (« Enter new UNIX password » puis « Retype new UNIX password »). Ne vous inquiétez pas, lorsque vous tapez votre mot de passe, il n’apparaît pas. Vous ne pouvez pas vérifier ce que vous tapez. C’est pour ça qu’il faut l’écrire deux fois. L’utilitaire se chargera de vous signaler si vous n’écrivez pas deux fois la même chose.

Saisie du mot de passe (la première fois)
Saisie du mot de passe (la première fois)

Si vous avez bien saisi les deux mots de passe, vous devriez avoir le message suivant. Sinon, pas de panique, votre mot de passe n’a pas été changé et vous pouvez recommencer la manipulation.

Mot de passe changé
Mot de passe changé

Le nom sur le réseau

Deuxième étape prévue, le changement de nom sur le réseau. Comme vous allez vite devenir passionnés, vous allez acheter plusieurs Raspberry. Donc il faut leur donner des noms différents pour les distinguer :).

Ca se passe dans les options avancées.

Options avancées
Options avancées

Puis dans Hostname (nom de l’hôte)

Changer le nom
Changer le nom

Il y a des règles à respecter (des lettres minuscules ou majuscules, des chiffres, un – ou un _) et pas de symbole, pas de ponctuation, pas d’espace, pas d’accent, pas de cédille.

Règles du changement de nom
Règles du changement de nom
Le nom original
Le nom original

Le nouveau nom que j’ai choisi correspond au projet auquel je dévoue ce Raspberry. J’utilise les minuscules et majuscules pour faciliter la lecture. C’est un Raspberry qui est prévu pour être un lecteur de radio Wifi… raspiWifiRadio !

LeNouveauNomQueJAiChoisi
LeNouveauNomQueJAiChoisi

On valide, c’est bon.

L’accès visuel

On retourne dans les options avancées pour la dernière étape : l’activation de VNC. VNC est un outil qui permet de se connecter à distance au Raspberry Pi avec une interface graphique. Plus de texte à écrire mais votre souris.

Activation de VNC
Activation de VNC

« Voulez-vous activer VNC Serveur » « Oui, je le veux ! »

Voulez-vous activer VNC
Voulez-vous activer VNC

Vous avez dit oui, vous pouvez embrasser la mariée… euh, pardon, vous connecter à VNC !

Merci Madame
Merci Madame

Se connecter via VNC

Vous utilisez Chrome ? Moi aussi. J’ai donc installé un plugin VNC : https://chrome.google.com/webstore/detail/vnc%C2%AE-viewer-for-google-ch/iabmpiboiopbgfabjmgeedhcmjenhbla?utm_source=chrome-app-launcher-info-dialog

Et grâce à ça, je vais pouvoir me connecter au Raspberry d’une nouvelle façon, toujours avec la même adresse IP 192.168.0.40.

Connexion à VNC
Connexion à VNC

On se connecte à un Raspberry, il faut donc un mot de passe (le même que tout à l’heure)

Identification sur VNC
Identification sur VNC

Et voilà, vous avez persévéré et vous y êtes. Vous êtes arrivé au bout du premier tronçon de la routes et des méandres du monde merveilleux du Raspberry… Vous avez un PC qui fonctionne, qui peut être accédé en ligne de commandes (SSH) ou par interface graphique (VNC).

Vous y êtes !
Vous y êtes, mais un peu à l’étroit !

Vous avez donc le choix entre des lignes de commande et un timbre poste… Pour la ligne de commande, je ne pourrai pas y faire grand chose à part vous indiquer que c’est surpuissant pour qui sait les manier. Pour le timbre poste, nous allons faire une tentative. Nous allons modifier un fichier qui définit, lors du démarrage de la machine, la résolution de l’écran.

sudo nano /boot/config.txt
  • sudo pour se faire passer pour l’administrateur (comme d’hab)
  • nano pour avoir un éditeur de texte agréable à utiliser
  • /boot/config.txt qui est le fichier de configuration pris en compte au démarrage
Modifier le fichier de configuration du démarrage
Modifier le fichier de configuration du démarrage
L'éditeur de texte nano
L’éditeur de texte nano

Plusieurs parties dans ce fichier de démarrage, que nous aborderons peut être un jour. Grace à l’excellentissime www.framboise314.fr, j’ai découvert ces paramétrages :

# uncomment if hdmi display is not detected and composite is being output
hdmi_force_hotplug=1

# uncomment to force a specific HDMI mode (this will force VGA)
hdmi_group=2
hdmi_mode=28

Il faut enlever le dièse au début des lignes suivantes :

  • hdmi_force_hotplug=1
    hdmi_group=2
    hdmi_mode=28

Mais à quoi correspondent ces lignes ?

  • La première (hdmi_force_hotplug=1) va forcer la prise en compte de la résolution HDMI indiquée juste après.
  • La seconde (hdmi_group=2) va indiquer quelle table de correspondance utiliser, nous allons privilégier la 2 qui correspond plus à un affichage « écran PC », le groupe 1 correspond à une autre liste…
  • La troisième (hdmi_mode=28) va donc être le choix dans cette liste… qui est très long et très bien documenté ici 

Un extrait :

...
hdmi_mode=4    640x480    60 Hz
hdmi_mode=9    800x600    60 Hz
hdmi_mode=16   1024x768   60 Hz
hdmi_mode=23   1280x768   60 Hz
hdmi_mode=28   1280x800   60 Hz  
hdmi_mode=32   1280x960   60 Hz  
hdmi_mode=35   1280x1024  60 Hz  
hdmi_mode=51   1600x1200  60 Hz  
hdmi_mode=69   1920x1200  60 Hz  
...

Enregistrez votre fichier (Ctrl + X, et répondre Y à la question « Voulez vous sauvegarder ? ») et redémarrer votre Raspberry

sudo reboot

Et voilà un bel écran !

Enfin libre !
Enfin libre !

A très vite pour de véritables projets que nous posterons ultérieurement :

  • une radio wifi
  • une caméra de surveillance

Sources

Je n’ai pas tout inventé, loin de là. J’ai appris grâce à d’autres très bons sites que je remercie :

Merci à eux et toute la communauté Raspberry !

About Author:

2 thoughts on “Lancez-vous, mettez de la vie dans votre Raspberry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *